C'QUOI,  Europe,  Guerre en Ukraine

CARTE. Guerre en Ukraine

CARTE. Guerre en Ukraine : frappes russes, combats près du Dniepr et d’Avdiivka… Le point du jour

Les frappes se poursuivent dans les régions de Kharkiv, Kherson et Odessa, tandis que les assauts ukrainiens sur une rive du Dniepr et ceux des forces russes près d’Avdiivka continuent sans faire évoluer la situation sur le terrain. Voici ce qu’il faut retenir du conflit ce vendredi 20 octobre 2023.

Les avancées de la contre-offensive ukrainienne pour libérer ses territoires de l’est et du sud de son territoire restent limitées, tandis que les forces russes poursuivent leurs frappes et tentent de percer la ligne de défense ukrainienne près d’Avdiivka. Voici ce qu’il faut retenir de ce nouveau jour de conflit.

La situation du conflit entre l’Ukraine et la Russie ce vendredi 20 octobre 2023. | INFOGRAPHIE OUEST-FRANCE

Voir en plein écran Voir en plein écran

Les combats se poursuivent

« Les forces russes frappent régulièrement Kharkiv, Kherson et Odessa, infligeant des dommages aux infrastructures, en particulier portuaires. Dnipro a été également frappée », a indiqué le ministère français des Armées dans son point quotidien.

Les forces armées ukrainiennes ont frappé les installations russes en Crimée ainsi que dans la région de Koursk.

Sur le front Nord-Est, les combats dans la région de Koupiansk, n’ont pas mené à des évolutions perceptibles sur le terrain, ajoute le ministère. Plus au sud, sur le front Centre-Est, les secteurs de Bakhmout et Adviivka sont toujours le théâtre d’affrontements « sans gain ou perte significative de terrain ».

Dans un tweet sur son échange avec le chancelier Olaf Scholz, le président ukrainien a évoqué « des tentatives d’offensive ratées de la Russie et des pertes catastrophiques subies près d’Avdiivka ».

Les troupes russes ont lancé leur précédent assaut sur Avdiïvka le 10 octobre mais leur première tentative s’est soldée par de lourdes pertes. Située quasiment sur la ligne de front depuis 2014, cette ville se trouve à 13 km au nord de Donetsk, la capitale, sous contrôle de Moscou, de la région éponyme dont le président russe Vladimir Poutine a revendiqué l’annexion il y a un an, rappelle l’AFP.

Un officier devant un bâtiment endommagé, dans la ville d’Avdiivka, dans la région de Donetsk, en Ukraine, le 17 octobre 2023. Photo d’illustration. | REUTERS

Voir en plein écran Voir en plein écran

Sur le front Sud-Est, les forces russes et soldats ukrainiens « se neutralisent dans le saillant de Verbove ainsi que sur le cours du Dniepr », poursuit le ministère français des Armées.

Assauts ukrainiens autour du Dniepr

La Russie a affirmé ce vendredi avoir repoussé des assauts ukrainiens sur la rive gauche du Dniepr qu’elle occupe et où se déroulent, selon des blogueurs militaires, des incursions, Kiev tentant d’y ancrer ses forces.

« L’ennemi a tenté à plusieurs reprises de s’emparer de têtes de pont sur des îles et la rive gauche du Dniepr (un fleuve devenu ligne de front, N.D.L.R.) […] mais sans succès », a affirmé dans son rapport quotidien le ministère russe de la Défense, précisant que les 36e et 38e brigades d’infanterie de marine ukrainiennes avaient mené ces assauts.

Les responsables ukrainiens n’ont pas souhaité s’exprimer sur ces opérations dans la région méridionale de Kherson, où chaque camp contrôle une rive du Dniepr, relaye l’AFP.

Poutine s’est rendu au QG militaire de l’opération en Ukraine

Le président russe Vladimir Poutine s’est rendu jeudi au quartier général de l’armée russe pour l’opération en Ukraine, à Rostov-sur-le-Don (sud), a annoncé ce vendredi le Kremlin. Il « a visité le QG des forces armées russes à Rostov-sur-le-Don sur son chemin de retour de Perm », dans l’Oural où le dirigeant russe a passé toute la journée jeudi, a précisé le Kremlin.

Cette réunion intervient alors que l’Ukraine a annoncé mardi avoir utilisé avec succès pour la première fois des missiles ATACMS d’une portée allant jusqu’à 165 km, que les États-Unis lui ont livrés dans le plus grand des secrets.

Vladimir Poutine a de son côté estimé mercredi que ces livraisons n’auront pas d’influence sur le cours du conflit et ne feront que prolonger « l’agonie » de l’Ukraine.

Zelensky salue le « discours puissant » de Biden

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a salué vendredi le « discours puissant » de son homologue américain Joe Biden, qui a appelé la veille à une nouvelle aide des États-Unis à Kiev.

« L’investissement de l’Amérique dans la défense de l’Ukraine garantira la sécurité de l’Europe et du monde sur le long terme », a écrit Zelensky sur X (ex-Twitter).

« L’Ukraine est reconnaissante aux États-Unis pour tout leur soutien et leur conviction inébranlable que l’humanisme, la liberté, l’indépendance et l’ordre international basé sur des règles doivent triompher », a-t-il ajouté.

Joe Biden a annoncé qu’il demanderait dès vendredi au Congrès américain de financer « en urgence » une aide à Israël et à l’Ukraine, « nos partenaires essentiels ». « C’est un investissement intelligent » qui apportera davantage de sécurité aux Américains « pour des générations », a ajouté le président démocrate.

Zelensky a par ailleurs salué l’aide militaire allemande après s’être entretenu avec le chancelier Olaf Scholz, a-t-il écrit sur X. « Je suis particulièrement reconnaissant pour le dernier grand paquet d’aide militaire, qui comprend les systèmes Patriot et IRIS-T, ainsi que leurs munitions », a-t-il précisé.

Une journaliste russo-américaine maintenue en détention

Un tribunal russe a prolongé ce vendredi jusqu’au 23 octobre la détention de la journaliste russo-américaine Alsu Kurmasheva, arrêtée cette semaine et devenue la seconde reporter américaine détenue en Russie.

La journaliste, qui avait été arrêtée mercredi pour avoir violé des obligations pour son enregistrement en tant qu’« agent de l’étranger », était présente à l’audience, dans la cage réservée aux accusés et portant un masque FFP2. Elle y avait été conduite par des agents cagoulés, ont constaté les journalistes de l’AFP. La Russie est accusée de mener une campagne sans merci de répression visant médias indépendants, ONG, journalistes, avocats et opposants depuis que le début de l’assaut russe contre l’Ukraine en février 2022. « Il n’y a en Russie aucune campagne de persécution des citoyens des États-Unis. Il y a des ressortissants américains qui violent des lois et contre qui on prend des mesures appropriées », a réagi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, affirmant en outre que la présidence russe ne suit pas son cas.

Alsu Kurmasheva, une journaliste russo-américaine de Radio Free Europe/Radio Liberty discute avec l’avocat Edgar Matevosyan lors d’une audience visant à examiner sa détention provisoire au tribunal Sovetski à Kazan, le 20 octobre 2023. | ALEXANDER NEMENOV / AFP

Voir en plein écran Voir en plein écran

Si nombre de militants et de reporters russes ont fui leur pays, d’autres – célèbres ou anonymes – ont été incarcérés. Plusieurs Américains sont aussi détenus, dont le journaliste Evan Gershkovich.

Le CIO « rejette fermement » les accusations de discrimination de Poutine

Le Comité international olympique (CIO) a « fermement » rejeté vendredi les accusations de « discrimination ethnique » portées la veille par le président russe Vladimir Poutine en raison des limitations à la participation des athlètes russes aux JO-2024 de Paris.

La participation aux Jeux n’est « en aucun cas un droit humain » et « les conditions strictes que le CIO a édictées dans ses recommandations aux Fédérations internationales pour la participation (sous bannière) neutre des athlètes détenteurs d’un passeport russe ou biélorusse aux compétitions internationales sont conformes à la charte olympique », a argué un porte-parole du CIO dans un courriel à l’AFP, ajoutant qu’elles venaient en réaction à la « violation » de cette même charte par Moscou et Minsk.

Le 12 octobre, le comité national olympique (CNO) russe a été suspendu avec « effet immédiat » par le CIO pour avoir placé sous son autorité plusieurs organisations de régions ukrainiennes occupées.

Plus largement, alors que les athlètes russes et biélorusses ont été bannis de toutes les compétitions internationales après le déclenchement de l’offensive russe en Ukraine en février 2022, leur participation aux JO-2024 agite le monde du sport.

INFOS-JOUR © Infos-Jour

Bonjour dit moi, çà serait vraiment sympa de mettre un petit commentaire. Toutes les idées sont bonnes à prendre.

EDIT   © Infos-Jour

40

Mr.PiT

  
 
 
  
2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.